vendredi 16 octobre 2015

... et puis le doute ...



Ça faisait longtemps, hein ?

J'ai rallumé la lumière cette nuit durant ma petite insomnie, fait un peu les poussières, repris mes marques dans cet espace qui est le mien et que j'ai laissé à l'abandon ... Il n'est jamais trop tard, n'est-ce pas ?

Je reviens ce matin avec un billet pas très folichon et plutôt brouillon, mais il fallait que ça sorte de ma tête, de mes tripes.

Pour ceux qui me suivent un peu sur les réseaux sociaux et qui me connaissent IRL, j'ai changé de boulot il y a plus d'un an, quittant un emploi dans lequel je m'engluait depuis si longtemps que j'en ai fait un burn-out. Un an après, voilà que je change à nouveau (décidément ...) pour un job où je peux exprimer tout mon potentiel et ma créativité. Un nouveau challenge puisque je prends de nouvelles responsabilités plus importantes qu'auparavant et que je manage une personne. Le big défi de remonter la boîte, la développer, lancer de nouveaux produits, faire de belles brochures, refondre le site Internet, lancer le blog, gagner de nouveaux clients, rentrer des affaires lucratives ... Bref, la working mummy qui devient tout à coup une femme d'affaires !

Je travaille comme une folle, quasi 20 heures sur 24. Le taureau que je suis est toutes cornes en avant, tel un bulldozer. Je ne ménage aucune effort. Guronsan est mon meilleur ami. Mon investissement est presque sans limite, négligeant au passage un peu pimousses et mari. Shame on me ! Heureusement, que Happy Papy continue de venir chercher les enfants le soir pour me soulager et que j'ai un mari hyper compréhensif, stoïque, maso qui ne manque jamais de me soutenir.

La tâche est dure, les obstacles nombreux. La conjoncture économique et le contexte géopolitique actuel ne sont pas propices à mon activité, en dehors du tourisme dans le Larzac ou dans la Creuse. 

Parfois, je me sens au bord du ravin. Je marche sur un fil tendu au-dessus d'un fossé. J'ai manqué de tomber plusieurs fois ces derniers mois. J'ai encaissé les coups durs mais je suis toujours debout, le glaive à la main et la gagne au ventre. J'ai compté quelques belles victoires même ...

... et puis le doute ...

Est-ce que j'ai été trop ambitieuse ?
Est-ce que j'ai raison d'y croire envers et contre tout ?
Est-ce que je vais y arriver ?
Est-ce que j'ai fait le bon choix ?
Est-ce que je dois continuer comme ça ?
Est-ce que ...

D'habitude, je suis quelqu'un d'assez optimiste. Je vois toujours le verre à moitié plein. 

... mais ce doute ...

Depuis quelques années, je me demande même si je ne devrais pas raccrocher mon passeport et passer à autre chose : une reconversion. Et là, un autre question va se poser ...

Sortie de ça, je suis bonne à quoi ?



2 commentaires:

  1. personne ne peut savoir si tu as fait le bon choix, si tu y arriveras. C'est un peu comme cette histoire de bonheur... mais si, tu sais, un truc dans le genre "le bonheur ce n'est pas le but mais le chemin pour y parvenir"... ben là, personne ne sait si tu y arriveras (mais on te le souhaite très fort!! et on y croit!!) par contre, si tu t'éclates, si ce que tu fais pour y arriver te plait, c'est déjà énorme non?

    RépondreSupprimer
  2. J'aurai tendance à dire "tant qu'il y a du plaisir" ! C'est vrai quoi, on peut faire tous les choix de la terre et douter de tout, mais tant qu'on s'épanouit dans ce qu'on fait, l'essentiel est bien là ! Enfin pour moi ! Après pour ce qui est de raccrocher ton passeport, c'est tout autre chose. Quand je suis passée de journaliste à RH, au cours d'un des entretien de sélection, face à des nanas ayant bac+4/5 dans les RH et de l'expérience, j'ai demandé à mon "futur boss" ce que je faisais là. Ce à quoi il m'a répondu : tu as appris à apprendre tout au long de ces années, que ce soit dans ce métier ou un autre, l'essentiel, là aussi, était dit ! Tu es une warrior de toutes façons, et tes choix tu les vivras toujours à fond, alors continue de foncer, dans la direction que tu souhaite !

    RépondreSupprimer

Fais des bulles, toi aussi ...